Auteurs et Contributeurs

Anna Agostini est comédienne, metteuse en scène et modèle. Elle codirige le Diptyque, un collectif pluridisciplinaire au croisement des arts vivants et des arts visuels. Musicienne elle pratique le dessin et la photographie argentique.

> margelles n°2 (été 2020)

> Hortus conclusus, cahiers [appareil], 2020

Annabelle Amory est née en 1988 dans l’Oise. Docteur en archéologie grecque elle peint et écrit. Son travail littéraire s’appuie sur les éléments de sa recherche universitaire.

> margelles n°9 (printemps 20220)

Philippe Annocque. Depuis une vingtaine d’années, l’auteur creuse la question de l’identité, du rapport du langage au monde, dans des livres qui sont parfois des romans, parfois autre chose. Chez Quidam, il est notamment l’auteur de Liquide, Pas Liev, Les Singes rouges. Récemment, on lui doit aux éditions Lunatique Mon petit DIRELICON (petit DIctionnaire des Idées REçues sur la LIttérature CONtemporaine, mais quand même un peu à la manière de Flaubert), et aux éditions Louise Bottu : Biotope et anatomie de l’homme domestique.

> margelles n°9 (printemps 2022)

Alexis Audren est né à Rennes en 1991. Il a publié dans quelques revues de poésie (Remue.net, Terre à ciel, Résonance Générale, Paysages Ecrits, margelles…). Son premier recueil Comme on s’accroche à une bouche est à paraître aux éditions Le Réalgar (2022).

> margelles n°1 (printemps 2020) / margelles n°6 (été 2021) / margelles n°8 (hiver 2021)

> La phrase, cet élastique, cahiers [appareil], 2020

Sara Balbi Di Bernardo, est née à Gênes en 1972, vit en France depuis 1980, elle est diplômée de Sciences Po Paris. Auteure, elle a notamment collaboré au revues « Dissonances », « Jupiter », « Poétisthme », « Pro/p(r)rose Magazine », « Miroir », « Hurle-Vent ».

> margelles n°10 (été 2022)

Anne Barbusse est née en 1969. Elle a traduit l’œuvre inconnue en France de Takis Kalonaros (Du bonheur d’être grec) et de la poésie grecque moderne. Elle a notamment participé à différentes revues dont « Arpa », « Le capital des mots », « Traction-Brabant », « Comme en poésie », « Cabaret », « Mot à maux » … Les quatre murs le seau le lit, (Encres vives, 2020, collection Encres Blanches). À Petros, crise grecque, Bruno Guattari Editeur, 2022). Un recueil est à venir aux éditions Unicité.

> margelles n°5 (printemps 2021) / margelles n°6 (été 2021) / margelles n°11 (automne 2022)

> Á Petros, crise grecque , Poésie, 2022

Jöel Bastard est né en 1955 à Versailles. Poète, romancier, librettiste et auteur dramatique, il réalise aussi de très nombreux livres d’artiste. Il participe régulièrement à des lectures publiques en France comme à l’étranger (seul ou accompagné de musiciens). Il a publié près de quarante livres…dont six titres aux éditions Gallimard, le dernier en date étant Des lézards, des liqueurs en 2018. Quand il ne voyage pas, il vit dans une ferme isolée des Monts Jura.

> margelles n°4 (hiver 2020)

Stéphane Bernard est né en 1972 et vit à Saint-Nazaire. A publié des textes dans divers revues : « N 4728 », « Diérèse », « Les États Civils », « Verso », « Magnapoets », « Mauvaise Graine », « PLI », « Rue Saint Ambroise », « Ce qui reste », « Recours au poème », « A l’index », « Terre à ciel », « Dissonances », « Métèque », « Realpoetik », « Fibrillations ».

> margelles n°3 (automne 2020) / margelles n°9 (printemps 2022) / margelles n° 11 (automne 2022)

Laurent Billia est né en 1967 et vit à Paris. Il a collaboré à diverses revues (« Le Sabord », « Diérèse », « Friches », « Phréatique », « Verso », « Jointure ») et a publié deux recueils, l’un chez L’Harmattan, (1999) et l’autre chez La Bartavelle, Nos mains sans yeux (2001).

> margelles n°6 (été 2021) / margelles n°10 (été 2022) / margelles n° 11 (automne 2022)

Fréderic Billet est né à Paris avant d’émigrer rapidement en Île-de-France. Il s’est lancé depuis près de deux décennies dans une tentative d’enluminer la banalité de sa vie par une pratique hasardeuse de la photographie ordinaire, assortie de la rédaction de légendes confondantes d’une profondeur abyssale dans laquelle il se noie régulièrement. Son cercle de fidèles admirateurs atteint désormais une dizaine d’individus, dont certains particulièrement lumineux, ce qui justifie sans doute la poursuite de l’expérience.

> margelles n°7 (automne 2021)

Hervé Bougel, né en 1958 au Maroc. Il vit à Bordeaux. Éditeur de pré # carré (1997-2018), il se consacre aujourd’hui exclusivement à l’écriture. Il a publié plusieurs ouvrages, dont les plus récents sont : Une Inquiétude, Le Quatuor, Editions Mazette (2019), Les Continents, Carnets du Dessert de Lune (2018), Clandestine, Editions le Réalgar (2020), La Belladone, Editions Buchet-Chastel (2021).

> margelles n°2 (été 2020)

Terry Branick est photographe, il vit actuellement en Finlande. Se concentrant sur des moments simples et des évènements spontanés, il utilise la photographie pour traduire la vivacité et la complexité de la vie quotidienne. Photographe autodidacte, il travaille principalement en analogique. Il collabore actuellement avec un poète anglais sur un projet associant photographies et mots, lequel sera exposé au Royaume-Uni fin 2022.

> margelles n°10 (été 2022)

Julie Buisson vit et travaille à Bruxelles où elle anime des ateliers d’expressions artistiques. Son écriture privilégie plutôt des formats courts : nouvelles et poésies. Elle se consacre par ailleurs à une pratique graphique combinant textes et images.

> margelles n°4 (hiver 2020) / margelles n°6 (été 2021) / margelles n°11 (automne 2022)

> Aube tracasse, cahiers [appareil], 2020

Claude Caroly, est né en 1942 à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, où il a passé une partie de son enfance. Photographe au sein de l’agence de publicité de Robert Delpire, il s’engage à partir de 1971 dans un travail de création plus personnel. Son travail a notamment présenté au Centre Beaubourg, au Palais de Tokyo, au Bunkamura (Tokyo), au Museum of Fine Art (Montréal ).

> margelles n°6 (automne 2021) / margelles n°11 (automne 2021)

> Fictions – Frictions – Foliations (chez Gérard Gasiorowski) – Photographies 2022

Roland Chopard, né en 1944, est le fondateur des éditions Æncrages & Co (1978), maison qu’il continue à conduire activement. Il a publié de courts textes poétiques dans quelques revues. Son premier recueil, Sous la cendre, éditions Lettres vives en 2016, suivi de Parmi les méandres, L’Atelier du Grand Tétras printemps 2020.

> margelles n°1 (printemps 2020) / margelles n°3 (automne 2020) / margelles n°9 (printemps 2022)

> Progressions, poésie, 2021

Vincent Cordebard est né en 1947. Photographe et peintre, ses travaux, notamment présents dans les collections des Frac de Poitou-Charentes et de Champagne-Ardenne, portent un regard critique sur les fonctions et le statut des images, leur matérialité autant que les histoires qu’elles recouvrent, leur incidence et leur prégnance dans la construction d’une mémoire collective. Voir n’est pas regarder.

> margelles n°4 (hiver 2020)

François Coudray. Né en 1977 dans les Alpes,vit et travaille actuel lement à Montevideo (Uruguay), après quatre années passées à Manille (Philippines). Il collabore régulièrement à plusieurs revues (« N47/4728 », « Les Citadelles », « Décharge », « Ecrit(s) du Nord », « Triages », « Contre-allées », « Catastrophes »…). Ses projets l’amènent à faire dialoguer poésie, musique, théâtre et arts plastiques, (transhumance, 2011 et l’amour n’a que nos corps, 2012). A également publié à La fabrique poïein : la fuite du fleuve (2013), chaque jour (2015), croisement des silences (2019), l’herbe noire (éditions du Frau, 2016), frau(x), ouvrage collectif (éditions du Frau, 2019).

> margelles n°7 (automne 2021)

Basile Crespin est un photographe autodidacte. Après des études d’histoire et de sociologie et une école de journalisme, il commence à réaliser des reportages pour la presse et accompagne des missions humanitaires. Par ses voyages, il affirme son goût pour le portrait et sa soif de lumières différentes.

> margelles n°5 (printemps 2021)

André Dael est né en 1951. Il vit et travaille à Bruxelles. Depuis 2008, son œuvre graphique, faite de fines hachures entrelacées, s’attache à matérialiser des paysages. La représentation spatiale, à la fois structurée et évanescente, la notion de temps inhérent à une lente et minutieuse pratique du dessin confèrent à ces images une dimension irréelle ou onirique. (Site > https://www.andredael.be/)

> margelles n°8 (hiver 2021)

Jacques Darras compose une somme poétique inspirée par le petit fleuve côtier indépendant, La Maye, aux ressources phonétiques infinies. dont le huitième et dernier volume, Le Chœur maritime de la Maye paraitra en 2022 aux éditions Le Castor Astral. L’auteur, par ailleurs traducteur de la poésie anglo-américaine a donné des versions de Walt Whitman, William Blake, Samuel Taylor Coleridge,Ted Hughes, Basil Bunting, Geoffrey Hill, Malcolm Lowry etc. Il figure en collection Poésie/Gallimard avec une anthologie de ses poèmes L’Indiscipline de l’eau. Il a également publié plusieurs essais chez Grasset, Calmann-Lévy, Stock, Arfuyen, Hermann et Créaphis. Il a obtenu le Grand Prix de Poésie de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre et le prix Apollinaire. Il vit à Orry la Ville, au sud de la Picardie.

> margelles n°5 (printemps 2021)

Jiména Miranda Dasilva est née en 1982 à Junín (Argentine). Elle vit et travaille à La Plata, province de Buenos Aires. Autodidacte, elle s’est engagée depuis 2017 dans une pratique de l’image résolument tournée vers une pratique de l’autoportrait, jouant sur l’apparence ambivalente de la physionomie et questionnant le rapport aux désirs.

> margelles n°4 (hiver 2020)

> Impúdica, cahiers [appareil], 2020 / Récits,Légendes (et autres songes), cahiers [appareil], 2021 /

Daniel Demey est né à Bruxelles en 1958. Dans un fusain réalisé en 1979, je me présente tel que je ne pourrais mieux le faire aujourd’hui. Une forêt d’arbres anonymes. Un reflet d’une petite maison avec un banc où quelqu’un se trouve. Une demeure, un lieu suggérant une clairière agréable dont la forêt ne témoigne pas qu’elle existe où je signe ma présence à l’envers. Derrière l’orée du bois, comme un mur de séparation, le flot de la tempête inquiétante d’un monde insupportable de fureur, de cris, de meurtres, de résignations, et d’autres bruits. Sa place par un songe à l’envers de ce monde.

> margelles n°7 (automne 2021)

Quentin Deve et Alice Legendre vivent et travaillent à Paris mais c’est surtout dans les espaces aqueux et vallonnés qu’ils photographient à l’argentique de manière spontanée et organique. Attachés aux détails et à l’instant, aux textures et aux éclosions, ils marchent à deux, sans chemin prédéfini pour se laisser surprendre par les présences sur leur route.

> margelles n°7 (automne 2021)

Raphaël Dormoy vit à Paris. Travaille essentiellement le lieu de la forme courte (récit, nouvelle, fiction…). Publication du Manifeste de l’éventail à compte d’auteur en 2010. Il diffuse une partie de son travail sur son site : raphaeldormoy.net

> margelles n°7(automne 2021)

Anne-Sophie Dubosson est née en Suisse et vit actuellement à Nashville où elle poursuit ses études doctorales. Son dernier recueil De rage et d’eau a été publié aux éditions Torticolis & frères. Elle a participé à diverses publications dans « Le Capital des mots », « Traversées », « La Cinquième saison » ou encore « Le Persil ». Son recueil La trame de nos corps dans ce long voyage a été récompensé au concours des Arts Littéraires en 2013.

> margelles n°5 (printemps 2021)

Anne Duclos est née en 1981 et vit dans le Sud Ouest de la France. Elle édite la revue « Derviche tourneur » et a publié dans « Terre à ciel », « Sans confins », « margelles »,…

> margelles n°3 (automne 2020)

Marcel Dupertuis est né en suisse en 1941. À ses activités de sculpture et de peinture s’ajoute, depuis quelques années, celle d’une pratique de l’écriture. Il a publié Lieux et Places (2000), Alto-Basso (2001), Douze lettres à Pado (2010).

> margelles n°1 (printemps 2020)

> Les Chambres, Tome 1, roman, 2019

Adelson Elias est un poète haïtien. Il a publié dans des revues telles que « Le capital des mots », « Le Coquelicot », « Lichen », « L’éclectique »… ainsi que des articles sur la poésie dans « Le Nouvelliste » et « Le National ». Son premier recueil, Ossements ivres a été publié chez Bruno Guattari Editeur

> margelles n°1 (printemps 2020)

> Ossements ivres, Bruno Guattari Éditeur, 2019

Fabrice Farre, est né en 1966, à Saint-Etienne. De nombreuses revues, françaises et étrangères, ont accueilli ses textes, telles que « Mot à Maux », « La Piscine », « T-B », « Catastrophes », « Revu la Revue », « Traversées », « Osiris ». L’auteur est aussi présent dans les numéros 1 et 3 de margelles. Il a récemment publié Avant d’apparaître, chez Unicité, Implore chez Bruno Guattari éditeur et Sauf aux éditions du Cygne.

> margelles n°1 (printemps 2020) / margelles n°3 (automne 2020) / margelles n°6 (été 2021) / margelles n°8 (hiver 2021)

> Implore, poésie, 2021

> Des équilibres, poésie, 2022

Jos Garnier est installée sur un petit chemin de Drôme. Pour elle, la création est de « se tenir à la verticale ». Elle a publié dans diverses revues et anthologies (« La Terrasse », « Chats de Mars », « Traction-Brabant », « FPM », « Carrés Poétiques », « Trilobite », « Ornata », « Poésiemuziketc », « Région Centrale », « éditions de l’Aigrette », « Post », « Traversées », « Pojar »…). Vertige, est paru aux éditions Tarmac (10.20218) et Sous les chapes grues, aux éditions Milagro (02.2021).

> margelles n°5 (printemps 2021)

> Le temps s’est fécondé à l’os, Poésie, 2021

Gérard Gasiorowski (1930-1986) – Artiste français dont l’œuvre atypique et complexe peut être regardée, malgré les différentes périodes stylistiques qui la composent, comme une seule et même réflexion la situation de la culture de son temps, de façon grave, impertinente, intransigeante et intime.

> margelles n°11 (automne 2022)

Martine Gärtner est née à Marseille en 1954. Professeur de Lettres Classiques, elle a vécu entre France et Allemagne. Son activité touche à diverses tentations littéraires : l’essai (Balzac et l’Allemagne, 2000), la poésie (Pastiches et Marinades, 2019), ou le roman (Au-delà du Mur, un conte de l’Allemagne réunifiée, 2020)

> margelles n°2 (été 2020)

> L’Œil du cheval, roman, cahiers [appareil], 2020

Bruno Guattari vit et travaille en Sologne. De formation scientifique, sa curiosité et son intérêt pour la littérature, aussi bien pour le roman que pour la poésie, l’ont conduit à créer une maison d’édition. En marge de cette activité il lui arrive aussi d’écrire.

> margelles n° 11 (automne 2022)

Louis Guattari. Sa pratique photographique, encore récente, engagée au hasard d’un séjour dans le sud de la France, s’exerce dorénavant régulièrement. S’il manifeste une prédilection pour des scènes insolites ou ordinaires du quotidien, son intérêt pour l’image fixe et animée n’est cependant pas que documentaire.

> margelles n°3 (automne 2020)

Hubert Haddad est né le 10 mars 1947 à Tunis. Il a publié de nombreux ouvrages en tant que poète, romancier, historien d’art ou encore essayiste. Parmi les parutions récentes citons notamment Table des neiges (Circa 1924, 2014), La Verseuse du matin (Bernard Dumerchez, 2014), L’Êcre et l’étrit (Editions Jean Michel Place – 2016), Comme un étrange repli dans l’étoffe des choses (La Bibliothèque, 2016) Casting sauvage [archive] (Éditions Zulma, 2018), Un monstre et un chaos (Éditions Zulma, 2019), La sirène d’Isé (Éditions Zulma, 2021).

> margelles n°7 (automne 2021)

Sabine Huynh est née en 1972 à Saïgon, au Viêt-Nam. Elle a grandi en France et a vécu en Angleterre, aux États-Unis, au Canada et en Israël. Elle est écrivain et traductrice littéraire. Elle a notamment publié Kvar lo (2016) et Parler peau (2019) aux éditions Æncrages & Co., Avec vous ce jour là – Lettre au poète Allen Ginsberg (2016) aux éditions Maelström, En taxi dans Jérusalem (2014) aux éditions publie.net, Les colibris à reculons (2013) aux éditions Voix d’encre, La mer et l’enfant (2013) chez Galaade éditions, et de nombreux livres d’artiste. Elle traduit actuellement l’œuvre poétique complète de l’Américaine Anne Sexton pour les éditions Des Femmes.

> margelles n°3 (automne 2020)

Aïdé Iris est née en 1994. Après un diplôme de céramiste, elle collabore un temps à un collectif des arts de la scène (le Diptyque collectif)
puis travaille comme décoratrice pour des productions cinématographiques. Les photographies qu’elle réalise sont des prélèvements liés tantôt à ses activités, tantôt à des voyages.

> margelles n°11 (automne 2022)

Maëlan Le Bourdonnec est né à Saintes en 1993. Il a publié dans
plusieurs revues/collectifs tels que « Poésie/première », « Le Cafard
hérétique », « lichen », « Le Capital des mots », « Flammes vives », « Poétisthme », « Le Soc », et d’autres à venir : »La Cinquième Saison », Éditions des Embruns. Il a également eu l’honneur de remporter le 1er
prix étudiant et le prix spécial Jean l’Anselme de l’humour à Poésie
en liberté 2019, ainsi que le prix Printemps des poètes 2018 des Éditions Robin. Son premier recueil, saline, est à paraître aux Éditions
Poéthisthme en 2022.

> margelles n°8 (automne 2021)

Jean-Christophe Legendre est peintre, dessinateur et photographe. Il vient de réaliser pour le n° 3 des Cahiers Aragon (Éditions Les Cahiers) une suite de 12 dessins et travaille actuellement à la mise en images de quelques poèmes des Fleurs du mal de Charles Baudelaire.

> Des cendre.s de Dom Juan, cahiers [appareil] 2021

Alice Legendre et Quentin Deve vivent et travaillent à Paris mais c’est surtout dans les espaces aqueux et vallonnés qu’ils photographient à l’argentique de manière spontanée et organique. Attachés aux détails et à l’instant, aux textures et aux éclosions, ils marchent à deux, sans chemin prédéfini pour se laisser surprendre par les présences sur leur route.

> margelles n°7 (automne 2021)

Daniel Leuwers est poète (La Vie cassée, Moires, 1996 , Atlas et paradis, Al Manar, 2018, Ces Messieurs de A à Z, Transignum, 2000), essayiste (ouvrages sur Rimbaud, Jouve, Char). En 2002, il lance la collection «hors commerce» des «livres pauvres» qui associent écriture et peinture (Richesses du livre pauvre et Les Très Riches Heures du livre pauvre, Gallimard, 2008 et 2011.)

> margelles n°2 (été 2020) / margelles n°5 (printemps 2021)

> Les variations Baudelaire, cahiers [appareil], 2021

Jeremy Liron né en 1980. Plasticien et écrivain, son œuvre est traversée par les notions de paysage, de mémoire, de contemplation, d’errance et de suspens. Plusieurs expositions et publications en témoignent. Il a publié La mer en contrebas tape contre la digue (édition La Nerthe/Eclats, 2014), Autoportrait en visiteur (éditions l’Atelier Contemporain, 2015), A l’insaisissable sa part (éditions galerie Françoise Besson, 2018), Quelque chose de pourpre (éditions galerie Telmah, 2021).

> margelles n°5 (printemps 2021)

Fabrice Magniez, né en 1975. Prétend volontiers avoir « Un pied dans le monde du vin, l’autre dans celui de l’art contemporain. Ses publications sont présentes dans des revues (« Ce Qui Reste », « Paysages écrits », « Le Zaporogue XVII ») et des ouvrages collectifs ( PEAH, n°3, 2016, éditions Sometimes, Dehors, Editions Janus, 2016). Il a également publié La réalité et Cinq formes aux Editions A/OVER (2016).

> Formes, cahiers [appareil], 2021

Gilles Marais est né en 1952. Ecrivain, comédien, chanteur, danseur, costumier. ll fait partie des Compagnies Yvon Chaix, Michel Alban et de celles la Compagnie du Loup JM Galera.

> margelles n°4 (hiver 2020) / margelles n°10 (été 2022)

> Trois pièces, cahiers [appareil] 2020

Isabelle Monin. Née en 1982. Vit et travaille dans le Grand Est. Elle a refondé la revue «Némésis» de 2004 à 2011. Elle a successivement fait paraître des textes dans les revues « Némésis » (2001-2011), « Trajectoires » (2002), « Vermifuge » (2010), « Dézopilant » (2011), « Squeeze » (2011), « margelles » (2021/22), un recueil de poésie, 3 X rien des astres, aux éditions Vermifuge et de nouvelles aux éditions Chloé des Lys en 2014.

> margelles n°7 (automne 2021) / margelles n°10 (été 2022)

> Des cendre.s de Dom Juan, cahiers [appareil] 2021

Frédéric Netter reste caché derrière son appareil photo et est suffisamment sot pour utiliser un appareil moyen format à visée abdominale qui ne remplit donc pas bien efficacement ce rôle d’oblitération. Il aime que la photographie se mêle à la musique et à la poésie, a ainsi participé à plusieurs disques du label Ayler Records et la revue «Les Cahiers du Moulin», autour de la poésie de Armel Guerne.

> margelles n°7 (automne 2021)

P. A. (Philippe Agostini) 1964. Peintre. A collaboré à plusieurs revues tant par des images que par des écrits. Depuis 2016, a co-réalisé plus d’une centaine de Livres Pauvres et quelques livres d’artiste. Ses travaux ont accompagné notamment les textes d’Hubert Haddad, d’Armand Dupuy, d’Emmanuel Merle, de Sabine Huynh, Alexis Audren. Son travail et ses différentes contributions sont présents sur le site étaton.com. Collaborateur des éditions Bruno Guattari depuis sa création.

> margelles n°5 (printemps 2021)

> textes pour : Impudica, Observations, Interférences, Récits, légendes (et autres songes), Fictions – Frictions – Foliations (chez Gérard Gasiorowski), Un diario

> images pour : Forme, Les variations Baudelaire, Des équilibres

Marcia Marques-Rambourg, née à Rio de Janeiro, vit et travaille en Touraine. Poète d’expression française, portugaise et anglaise, professeure de Lettres et mère. Ses textes ont paru dans plusieurs revues de poésie contemporaine (« Recours au Poème », « Haies Vives », « La Revue des Ressources », « 17secondes », « Le Zaporogue », « Le Capital des Mots », « Chats de mars », « Un rectangle quelconque »). Ses principaux recueils de poèmes ont été édités par Leaky Boot Press, Les Éditions Derrière la salle de bain, Littérature mineure, Kirographaires, Editora Oficina Raquel et A-Over Editions. Deux «Livres Pauvres» (coll. Daniel Leuwers) ont vu le jour en 2018 et en 2019 en collaboration avec Christophe Lalanne.

> margelles n°4 (hiver 2020) / margelles n°10 (été 2022)

Cédric Merland, né en 1973 est poète et photographe. Il a participé à plusieurs revues (« Dissonances », « 17secondes », »L’Ampoule », « Terre à ciel », « Microbe », « Lichen », « Rrose Sélavy »). Ses photographies, accompagnées de poèmes de Sandra Lillo, sont réunies dans le coffret Le Silence coule sous les branches (éditions La Centaurée, 2017). Son premier recueil, Là où les ombres est paru en 2018 aux Éditions de l’Aigrette.

> margelles n°4 (hiver 2020) / margelles n°10 (été 2022)

Emmanuel Merle est né en 1958 à La Mure en Isère. il vit à Grenoble où il enseigne la littérature en classes préparatoires. Traducteur de la poésie américaine dont Jennifer Barber et David Ferry, il Il est également président de l’Espace Pandora à Vénissieux. En tant que poète, il a déjà publié plus d’une vingtaine de livres. Habiter l’arbre, son prochain recueil de poèmes, est à paraître aux éditions Voix d’Encre.

> margelles n°2 (été 2020)

Mauricio Avendaño Monsalve est né le 09.08.1985, à Chillán (Chili) et réside actuellement à Santiago de Chile. Si son approche photographique ne semble privilégier aucun thème en particulier – ses attentions le conduisant en effet à explorer les paysages urbains autant que les grands espaces ou à observer les menus détails de son environnement quotidien et les personnes qui l’entourent – il interroge cependant avec finesse et tendresse les différents signes qui constituent la trame visuelle et affective de son univers.

> margelles n°9 (printemps 2022)

Adèle Nègre vit en Franche-Comté, à la campagne, écrit et photographie. Elle a collaboré aux revues « Ce qui reste », « Babel Heureuse » n°1 et n°3. Elle a publié La robe, éditions pré ≠ carré, 20218.

> margelles n°2 (été 2020) / margelles n°3 (automne 2020) / margelles n°4 (hiver 2020) / margelles n°5 (printemps 2021) / margelles n°9 (printemps 2022) / margelles n°10 (été 2022) / margelles n°11 (automne 2021)

> Résolu par le feu, poème, 2018 / Un seul poème, 2020

> Hortus conclusus, cahiers [appareil], 2020 / Observations, cahiers [appareil], 2021 / Interférences, cahiers [appareil], 2021

Sara Oudin est traductrice. La poésie est une langue étrangère qu’elle a entendue dans les failles de l’écriture romanesque.

> margelles n°8 (hiver 2021)

> Quarante. et Un, Poèmes, 2018

Jean-Baptiste Pedini Né en 1984 à Rodez, vit et travaille dans le Gers. Des publications dans une trentaine de revues et ouvrages collectifs. Plusieurs recueils publiés dont Passant l’été (Cheyne éditeur, 2012), Le ciel déposé là (L’arrière-pays, 2016), Trouver refuge (Cheyne éditeur, 2017) et dernièrement Comme le fleuve au paysage, co-écrit avec Vincent Motard-Avargues, aux éditions de l’Aigrette.

> margelles n°7 (automne 2021)

Paul Poule ( Kenny Ozier-Lafontaine) est né à Fort­ de ­France, Martinique. Poète, plasticien, performeur et vidéaste. Comme auteur il collabore à de nombreuses revues (« Terre à ciel », « Karbone », « la Gazzetta dei Dipartimenti del Collage de’Pataphysique », « Jambon Klaxon ». Il a notamment publié Billes (2015) et Fils de la Nuit (2011) aux Éditions Maelström, ainsi que plusieurs livres d’artistes. En tant que vidéaste, il a réalisé Tar, 2015 (portrait de Fernando Arrabal) et des documentaires au Brésil et à Cuba.

> margelles n°3 (automne 2020)

Colette Portal est née en 1936 à Paris. Dessinatrice et photographe, ses travaux sont présents dans plusieurs magazines. Elle a notamment publié des livres pour la jeunesse dont La vie d’une Reine et The Honeybees. Les photographies qu’elle réalise en parallèle, servant parfois de base documentaire à ses réalisations graphiques, sont aussi et surtout un moyen d’expression à part entière : ainsi de Version Originale (Adrien Maeght Éditeur, 1984).

> margelles n°6 (automne 2021)

Diogo Maia est né en 1991 à Porto (Portugal). Depuis 2012, il vit à Marseille. Après des études aux Beaux-Arts de Paris (2018) il fait, depuis octobre 2020, un doctorat en création littéraire autour de la poésie lyrique des troubadours. Il a réalisé également quelques courts-métrages d’après ses écrits : Grèce Antigone (2015), Em ti fada, en toi fada (2015), L’année des analphabètes (2018), ainsi que des lectures filmées, Iaga, la grâce de naître, lecture I /II (2019). Il aime particulièrement l’écriture de dialogues, ayant écrit deux pièces de théâtres L’années des analphabètes (2018) et Guillotine Naturelle (2016).

> margelles n°10 (été 2022)

Manuel Reynaud-Guideau, (1980). Diplômé des Beaux-Arts, sa pratique plastique est actuellement tournée vers la notion de paysage privilégiant le dessin et les installations. Il est co-créateur de Galerie Rezeda (Lille).

> margelles n°5 (printemps 2021) / margelles n°8 (hiver 2022)

> Quartz, poésie-fiction, 2021

Tom Saja est né à Paris en 1990. Après ses études, fait un tour du monde. Il habite aujourd’hui dans un petit village de Haute-Savoie. Il écrit de la poésie, des nouvelles travaille actuellement à un premier roman. A notamment publié : L’homme qui ne dort plus, éditions Pourquoi viens-tu si tard ? (2021), Un nerf de famille, éditions Ballade à la lune (2022), Cette main qui tient le feu, éditions Exopotamie (2022)

> Broutilles, cahiers [appareil], poésie, 2022

Isabelle Sancy est née en 1967 et vit dans le Gers. Elle a publié dans la « Revue ARPA » en 2017 et 2019, « Contre-allées » n°41.

> margelles n°1 (printemps 2020) / margelles n°2 (été 2020) / margelles n°6 (été 2021) / margelles n°9 (printemps 2022) / margelles n°11 (automne 2022)

> Paraisons, poésie, 2020 / Rire au ciel, roman, 2022

David Silvestre est né en 1971. Poète, Ingénieur. Sa pratique de la poésie est indissociable de la transmission, ainsi une longue expérience d’interventions à l’école et au collège. Membre de l’association de poésie Vagabondage (Marly le Roi). Partant du mystère fondateur du mot, qui est « la première dimension de la poésie, son début », il travaille une poésie qui renouvelle l’expérience d’habiter le langage, lui redonne vie, et peut changer son cours. Publications dans le recueil collectif De l’obscure étincelle (L’Harmattan, 2004), en autoédition, et en revue («poésie 2002»).

> margelles n°6 (été 2021)

Nathalie Swan. Poète, elle enseigne la philosophie à Lille depuis vingt-cinq ans. Elle est, par ailleurs, passionnée de psychanalyse. Depuis longtemps entourée d’amis écrivains, elle participe à des soirées littéraires et des ateliers d’écriture. La découverte de l’œuvre de Jacques Dupin a été un événement marquant dans sa vie. Venue à l’écriture par amour, elle chante la sensualité des corps. A publié Exigences de la Chair (2022), éditions Corlevour.

> margelles n°9 (printemps 2022) / margelles n°11 (automne 2022)

Jean-Claude Terrier, né en 1947, vit près de Besançon. Il a enseigné en IUT, Université de Franche-Comté, et à l’École Régionale des Beaux-Arts de Besançon. Peintre et photographe il a collaboré à différentes publications dont Paysage d’avant printemps avec Michel Butor, Christian Nicaise Editeur (2013), Dichotomies, suivi de Aube crucifère – avec Claude Louis-Combet, Edition Aencrages & co, mars (2015), La peau des planches avec Michel Butor, Christian Nicaise Editeur (2016), Sortir du trou avec Odile Massé, Editions L’atelier contemporain (2016).

> La crête , La faille, Cahiers [appareil], 2020

Palma de Toldi est une jeune poète née à la fin du siècle précédent. Guetteuse de poésie quotidienne, écrivain en devenir, elle aime à observer et rencontrer le monde avec ses mots. Vous aurez la chance de la croiser aux scènes littéraires de Paris Rap Poésie où elle fait voyager les spectateurs au fil de sa plume et de sa voix.

> margelles n°10 (été 2022)

Jorge Valenzuela Cruz. Architecte de profession, il vit à Conception
(Chili). Photographe autodidacte, son travail porte tout particulièrement sur les esthétiques précaires qui se manifestent dans le paysage urbain contemporain. Il utilise la photographie comme document critique, interrogeant ainsi les notions de «paysage minimal» et d’ «archéologie domestique ».

> margelles n°8 (hiver 2021)

> Un diario, cahiers [appareil], photographie, 2022

Etienne Vaunac est né dans la Loire en 1973. Il partage son temps entre la France (sous le nom de Jean-Michel Durafour) et l’Italie, entre la poésie, la philosophie de l’art et son métier d’enseignant-chercheur. Il a récemment publié dans le numéro 10 de la revue Place de La Sorbonne (2020).

> margelles n°2 (été 2020) / margelles n°8 (hiver 2021)

Clémentine Verbelen fut d’abord infirmière en psychiatrie. elle a fomenté plusieurs hétéronymes pour être aussi – et indépendamment – auteur sonore, blogueuse, performeuse, et nouvelliste. L’achoppement entre la fiction et le «vrai» inaccessible, la mémoire traumatique, l’indicible et l’humour sourdent dans ses productions, et questionnent ce qu’est une parole inaudible.

> margelles n°9 (printemps 2022)